Fin mai, une randonnée ornithologique à la journée ... sous la houlette de Michel, notre passionné dans ce domaine.

Le marais de DOL qui couvre 12000 ha est un paradis pour les oiseaux. Il est composé de deux parties :

  • Le marais noir constitué de tourbe.
  • Le marais blanc constitué de tangue (limons, sablons et débris calcaires très fins) et situé en dessous du niveau de la mer a un sol plus fertile dédié aux cultures céréalières, prairies et roselières. Le drainage est assuré par des canaux appelés "biez" qui, autrefois, permettaient de transporter du bois ... Le biez du milieu, long de 3,5km est délimité par 2 écluses à ses extrémités.

Nous avons effectué de nombreux arrêts pour écouter et essayer de reconnaître les oiseaux. L’œil et l'oreille étaient sans cesse en action.
Nous avons vu :
Aigrette garzette
 Alouette des champs
DolAlouette_des_champs.jpg Bergeronnette grise et bergeronnette printanière
DolBergeronnettes.jpg Coucou gris, le voleur de nid
DolCoucou_gris.jpg Faucon crécerelle qui se distingue par un vol rapide et puissant
DolFaucon_crecerelle.jpg
Grive musicienne au plumage d'un brun marron, blanchâtre en dessos et jaunâtre sur la poitrine
Grive draine
DolGrive_draine.jpg
Héron cendré d'une envergure de 175 à 195 cm
Héron cendré - Ardea cinerea - Grey Heron
Nous avons entendu :
Bruant zizi : écoutez ici

Busard des roseaux : écoutez ici

Phragmite des joncs : écoutez ici


Une petite halte sur le pont.












Le GPS indique que nous avons parcouru 11,2 km. "Nous sommes encore loin du Mont-Dol ?" dit l'une d'entre nous. Une réponse encourageante "On arrive !... La meilleure façon de marcher, c'est de mettre un pied devant l'autre et de recommencer"."
Quelques instants plus tard, qu'apercevons-nous ? Le moulin à vent du Mont-Dol.



Allez, courage ! Nous sommes tout prêts. Voici le village et son église Saint-Pierre.


Une étape importante nous attend : entreprendre l'ascension du mont.
A mi-parcours, nous admirons un magnifique panorama sur le marais et la ville de Dol-de-Bretagne.
Le Mont-Dol, massif granitique, culmine à 65 m d'altitude. Une légende raconte la formation du relief :
"Gargantua se promenait dans la baie du Mont-Saint-Michel et se sentit gêné dans sa botte. Il l'enleva pour chasser les cailloux qui le gênaient. C'est ainsi que les trois rochers provenant de la botte de Gargantua ont donné naissance au mont Saint-Michel, au rocher Tombelaine et au mont Dol".
Au sommet de la Tour de Notre-Dame de l'Espérance, une vue majestueuse sur la baie au nord, de Cancale à Granville, en passant par le Mont-Saint-Michel et Tombelaine.


Face à l'étang coloré par de ravissants nénuphars, la pause pique-nique est fort appréciée.

Encore une légende ... qui raconte la formation de cet étang :
"Un jour le diable (très présent à Mont-Dol) construisit sur un rocher un immense palais (le Mont-Saint-Michel). Saint Michel voyant cela et jaloux du malin construisit au sommet du tertre, dans la nuit, un magnifique château de verre. Une fois terminé, il proposa au diable un échange. Le malin, impressionné par la beauté du monument, accepta sans hésitation. Mais au petit matin, le palais commença à fondre puisqu'en fait, il était non pas en verre mais en glace. Les eaux ont donc ruisselé et formé un étang que l'on connaît aujourd'hui sur le sommet du tertre".
Nous nous dirigeons vers Le Vivier-sur-Mer.

Deux oiseaux, foulque macroule et tadorne de Belon sont observables près de l'eau.


Nous franchissons le GR34. A Hirel, nous apercevons des chars à voile.


Quittons le GR34 pour rejoindre La Fresnais.
C'est une commune de 2300 habitants qui fait partie du canton de Cancale; son nom signifie "lieu où poussent les frênes".
Un arrêt à l'église, proposé par Christine qui nous relate l'histoire de ce monument classé "Monument historique" le 14 septembre 2015.


De l'édifice primitif, dédié dès 1130 à Saint-Méen et à la Sainte-Croix, il restait encore quelques vestiges dans l'ancienne église; laquelle en forme de simple croix, n'offrait rien d'intéressant. On y voyait les armoiries des prieurs de la Trinité de Combourg sur les principales vitres de l'église. Elle renfermait jadis de nombreuses pierres tombales. L'église actuelle a été construite sur l'emplacement de l'ancienne église, détruite car jugée trop dangereuse pour accueillir les fidèles.
En 1890, Monsieur Arthur Régnault, architecte rennais, réalise les premiers plans. Les travaux commencés en 1893 furent achevés en 1899. L'église de La Fresnais est représentative de la première période romano-byzantine (Un espace intérieur plutôt byzantin et l'extérieur plutôt roman).



En 2007, quelques vitraux détériorés ont été remis en état.Lors de ces travaux, il a été constaté que l'ensemble des vitraux entraient dans une phase de dégradation accélérée due à la proximité de la mer et de l'air salin. Les ferrures, victimes de la rouille avaient tendance à pousser sur les vitraux et provoquer des déformations et des casses. L'étanchéité n'était plus assurée, les plombs avaient perdu de leur rigidité.

Le circuit (sur terrain plat) en boucle se termine. En résumé : 23,32 km et énergie = 2430 kcal.


Très belle journée appréciée par tous.

Aperçu en images (cliquez pour agrandir)