En regardant la carte (circuit de 12 km), vous constatez que les randonneurs sont partis du parking du Château Gilles de Bretagne (Créhen) pour se diriger vers Trégon.

Certes, nous n'avons pas pris le chemin le plus direct ... Nous avons marché sur le territoire jaguen.
Nous voici à Trégon; c'est une commune qui, rattachée à celle de Ploubalay en 1803, a retrouvé son indépendance en 1820.
Le nom de la commune vient de "Treb", qui signifie "Village" et de "Konk" qui désigne la "Baie" en breton.
En passant devant l'église, le "Père Doré" nous invite à jeter un coup d’œil. Qu'apercevons-nous ?
 Un portail roman du XIIème siècle (provenant de de l'édifice précédent construit en 1163), à arc en plein-cintre surmonté d'une frise formée de 14 quadrilobes et d'un écu rapporté qui présente les armes de la famille de Pontual. Actuellement, c'est la porte de la sacristie.
 L'église est dédiée à St Pétrock, moine gallois qui mourut en Cornouailles (Angleterre) . En 1177, les reliques furent dérobées par un chanoine augustin et emportées à l'Abbaye de St Méen. Le prieur de Bodmin (Ville de Cornouailles) fit appel au roi Henri II. L'Abbaye fut contraint à restituer les reliques.
Jusqu'à la Révolution, l'église était un ancien prieuré-cure de l'Abbaye de St Jacut de la Mer.
Nous traversons la D 786 et nous nous dirigeons vers les mégalithes. Ils appartiennent à la civilisation néolithique. En effet, au début du néolithique (du Vème millénaire aux années 2000 avant J.C.),
"l'homme cesse d'être un chasseur-cueilleur plus ou moins nomade. Il devient agriculteur (culture et élevage), potier, tisserand. Il construit des habitations dans des espaces clos, pratique la navigation côtière. Il procède aux premiers échanges, à longue distance, de matières premières agricoles et d'outils. L'augmentation des productions alimentaires, leurs meilleures distribution et répartition tout au long de l'année provoquent une explosion démographique qui va favoriser les grands rassemblements culturels et religieux".
Cela a permis de grandes constructions: les menhirs, les cromlechs, les dolmens, les allées couvertes. En voici quelques-uns:

  • le menhir de la Ville-Goudier

 D'après l'historien, Yves Castel, ce serait un cromlech, un ensemble de menhirs dressés en cercle, carré ou trapèze, délimitant un espace sacré. Ici, il s'agirait d'un cromlech en carré; quatre piliers formant une enceinte en carré.

  • le dolmen de la Ville-Tinguy (Tanguy)

 Le mot "dolmen" est composé de deux mots de la langue bretonne: dol qui signifie "table" et men qui veut dire "pierre".
Le dolmen est une construction en pierres sèches pour abriter les morts (une construction funéraire).
 Il est composé d'une dalle de pierre soutenue par des piliers. Elle est souvent décorée de symboles gravés.
Ici, la table de 3,4 m de long sur 2,4 m de large et d'une épaisseur de 90 cm a basculé.

  • l'allée couverte de "La Hautière" dite "Le Tombeau" est le plus beau mégalithe de Trégon.

Une allée couverte est un type de sépulture en forme de couloir recouvert de plusieurs dalles de pierres horizontales alignées et jointives. Le couloir est délimité par des montants latéraux appelés des orthostats qui supportent le poids des dalles.
Cette allée, d'une longueur de 16 m, est orientée du nord au sud. Il ne reste plus que 6 tables en place; les 2 plus belles sont écroulées. La plus grande mesure 3,5 m de long; la hauteur intérieure serait de 86 cm sur une largeur de 1,5 m.
Les allées couvertes apparaissent comme une évolution des dolmens.
Adieu Trégon ... Bonjour Créhen où nous allons découvrir dans un champ

  • l'allée couverte de La Ville-Génouhan de 12,7 m est recouverte de 5 tables d'une largeur d'1,1 m et d'une hauteur de 0,9 m. Hélas, elle est envahie par la végétation.

Dans le livre "Antiquités de Bretagne" paru en 1837, le chevalier de Fréminville dit avoir vu le vieux sépulcre:
"Ce monument en forme de galerie couverte, a plus de 30 pieds de longueur. Il est composé de 10 pierres plantées debout sur deux rangs parallèles et supportant une plate-forme que constituent quatre pîerres aplaties. Une seule verticale forme le fond".

Par cette randonnée, nous pouvons dire que Trégon et Créhen ont des lieux chargés d'histoire. Ils abritent des vestiges très anciens.
Il existe, depuis peu, une association culturelle environnementale littorale de la baie de Beaussais. Nous espérons qu'elle fera un "p'tit toilettage de printemps" pour mieux mettre en valeur ces beaux mégalithes.