Bienvenue.jpg
Mi-septembre, 48 Randonneurs Castins prennent le car qui les mène dans le Pays Basque.
Ce pays se compose de 7 provinces:
4 provinces espagnoles et 3 provinces françaises (Le labourd, La Basse Navarre et La Soule).
Carte.gif
Arrêtons-nous à la province "Le Labourd" où nous séjournons une semaine.
Cette province est très riche en villages typiques: maisons labourdines traditionnelles, frontons, églises ..., en villes et stations balnéaires sur " La Côte d'Argent", qui s'étend de Biarritz à Hendaye.

Nos coups de cœur

SARE

Sare.jpg C'est un village idyllique pour les amoureux de la randonnée. Grâce à cinq circuits pédestres organisés par des guides , nous le découvrons.
Sa situation géographique - 26 kilomètres de frontières - et le caractère de ses habitants lui ont valu le titre de "Mecque de la contrebande".
Il est entouré de montagnes (Atzuria, La Rhune) et situé à 14 kilomètres de la mer (St Jean de Lutz). Il bénéficie du label des plus beaux Villages de France.
Au cœur du village, l’église St Martin, majestueuse avec sa tour à cinq étages est entourée de l'ancien cimetière aux étranges stèles discoïdales.
Eglise.jpg A l'intérieur, trois étages de galeries en chêne sculpté et les balustres en bois tourné.
Sur le clocher une inscription basque rappelle que
"Toutes les heures blessent l'homme, la dernière tue".
Int.jpg

Fronton2.jpg







Près de l'église, le Fronton où on pratique la "Pelote basque".
En empruntant le chemin des contrebandiers balisé par "le pottok bleu" (le petit cheval bleu), nous observons quatorze oratoires qui sont des édifices religieux dédiés à un saint (St Ignace, St Eloi, St Pierre ...).

BalisagePottok.jpg Oratoire.jpg Pourquoi? A la suite des vœux formulés, au XVIIème siècle, par les marins pêcheurs.
Une voie médiévale, "Galtzada", qui, autrefois était une route, est aujourd'hui un sentier où démarrent de nombreuses randonnées.
Voie.jpg De nombreux ponts dont le pont romain réservé aux piétons, des anciens lavoirs restaurés ...
Pont.jpg En s'engageant dans un chemin de terre ombragé et escarpé, nous atteignons le sommet "Suhalmendi" (300m d'altitude).
Suhalmendi.jpg Difficile cette montée ... par grande chaleur. Qu'importe! Nous bénéficions d'un très beau panorama sur la baie de St Jean de Luz et le village de Sare.
Suh2.jpg

A Sare, il y a des maisons labourdines. Pour découvrir leur architecture, nous visitons Ortillopitz, maison basque authentique construite sur les hauteurs de Sare, en 1660, au centre d'un domaine de plusieurs hectares.
La maison basque ou etxea (prononcez etchéa) est porteuse d'une tradition. La vie sociale et politique s'organisait autour de l'etxea. Elle devait être transmise intacte, indivise au sein de la famille. Elle se transmet en totalité à un seul héritier, le plus souvent l'aîné. Il est le "Maître de maison" en tant qu'héritier d'une "maison de Maître".
Ortillopitz.jpg Elle représente l'importance des liens qui unissent les familles autour de ce bien précieux. Encore aujourd'hui, des familles entières portent les noms des maisons. Par exemple, la famille de Etxeberria c'est-à-dire de la maison neuve.
Elle est construite face au soleil levant. Sa façade blanchie à la chaux contraste avec le rouge foncé des colombages. Pourquoi cette couleur? A l'origine, les marins rapportant les fonds de pots de peinture de leurs bateaux, utilisaient les restes pour badigeonner les pans de bois de leur maison. Certaines ont leur colombage vert foncé.
Généralement, l'encadrement de la porte est en pierres de taille, le porche est profond et le toit en tuiles romaines rouges.
SareCuisine.jpg SareGren.jpg Nous entrons dans le lorio ou large vestibule; un escalier nous conduit dans une vaste cuisine, les chambres. A l'étage supérieur, le grenier où les matériaux d'autrefois y sont présents. Au plafond, sont suspendus des piments.

SareCidre.jpg A la fin de la visite, le guide -d'un geste rituel- nous offre un verre de cidre, la boisson des basques.

Les champs sont clôturés de hautes pierres plates, les lauzes qui sont enfoncées dans la terre (60 cm de profondeur) et alignées les unes à côté des autres.

La forêt de Sare est remarquable par ses chênes têtards. Avec le temps, l'arbre prend une forme torturée étonnante.

SareChene.jpg SarePalomb.jpg

Située au pied du col de Lizarrieta, cette forêt est un lieu de départ pour le circuit des Palombières.
Dirigeons-nous vers ce col...Plusieurs palombières qui sont les témoins d'une pratique immémoriale de chasse à la palombe ou pigeon ramier. C'est un oiseau migrateur qui franchit les cols pyrénéens à l'automne. La chasse traditionnelle en palombières utilise la ruse pour faire poser le vol de palombes autour d'une cabane perchée dans les arbres, dans laquelle sont cachés les chasseurs à l'affût.

SarePal.jpg SarePal2.jpg











Circuit sur les flancs de La Rhune.
Direct.jpg Après une longue montée, un plateau herbeux puis une rude montée caillouteuse, nous atteignons la Chapelle d'Olhain (600m).

SareChap3.jpg

Ce lieu pourrait avoir été le refuge d'un ermite entre 1793 et 1813. Cette chapelle est entourée par les ruines d'une redoute,dite Louis XIV, de forme pentagonale dont deux côtés font plus de 25 mètres. Les redoutes qui sont nombreuses dans cette région sont des vestiges de la campagne des Pyrénées Occidentales (1794) et des guerres de l'Empire.
SarePot.jpg
A partir des Grottes de Sare, une randonnée transfrontalière rejoint la montagne Atzuria ou Pena Plata (Roche blanche). Elle doit son nom aux plaques de mica qui brillent au soleil.
SareLoret.jpg SareLoret2.jpg








Au col Akoka, existe une bergerie "Loretxoa", aménagée en bar-restaurant. Sur une pierre est gravée les paroles d'une chanson qui s'intitule "La petite fleur".

LA RHUNE

SareRhune.jpg Située à 905 mètres d'altitude, La Rhune est la montagne sacrée du pays basque. C'est l'impératrice Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III qui fit de La Rhune, un lieu célèbre quand elle organisa, en 1859, une excursion.
SareTrain.jpg A la gare du col de St Ignace, nous montons dans le petit train à crémaillère (construit en 1924) qui nous emmène au sommet. Trente-cinq minutes de trajet et l'horizon se présente sur 360°. Quelle chance! Nous bénéficions d'une bonne visibilité. C'est un panorama exceptionnel avec vue sur la côte du littoral et la montagne espagnole.
SareRhune3.jpg SareRhune2.jpg




En flânant sur le sommet, nous apercevons quelques habitants: le pottok (prononcez potiok), petit cheval (moins de 1m30) à robe noire ou brune vivant en liberté, Sarerhune4.jpg la manech, brebis à tête rousse dont le lait est utilisé pour le fromage du pays, le Vautour Fauve, rapace emblématique de la chaîne pyrénéenne.
Des Ventas ou boutiques accueillent les touristes.
Au retour, nous contemplons les pottoks et les manechs qui paissent sur le massif.

AINHOA

Célèbre par son église construite en grès rose et abritant un beau retable. C'est une merveille lorsqu'il est éclairé.
SareAinhoa.jpg Le cimetière offre un exemple de l'art funéraire basque: les stèles discoïdales avec motifs. Sur certaines le lauburu ou croix basque qui signifie quatre têtes. C'est un signe solaire symbolisant les quatre éléments de la vie: la terre, l'eau, l'air et le feu.
SareAinhoa2.jpg SareAinhoa3.jpg











ARCANGUES

Luis Mariano y a vécu; il repose dans le cimetière de ce village depuis juillet 1970.
Que chantait-il sur le Pays Basque?
"Il est un coin de France
Où le bonheur fleurit,
Où l'on connaît d'avance
Les joies du paradis,
Et quand on a la chance
D'être de ce pays
On est comme en vacances,
Durant toute sa vie ..."

BAYONNE

Située au confluent de la Nive et de l'Adour, Bayonne, ville fortifiée depuis plus de quinze siècles, est la capitale du Pays Basque.
SareBay.jpg Elle comporte 2 principaux quartiers:
le Petit Bayonne qui accueille le musée basque et le musée Bonnat.
le Grand Bayonne qui est la partie la plus ancienne avec la cathédrale gothique Sainte Marie ou Notre Dame, le Château-Vieux et les remparts construits par Vauban.
SareBay3.jpg
SareBay3B.jpg En visitant la cathédrale, nous remarquons les couleurs variées des peintures murales et des vitraux des chapelles absidiales. Son cloître, qui est l'un des plus grands de France, est toujours un lieu de manifestations culturelles.
SareBay4.jpg Bayonne a un patrimoine architectural exceptionnel.

BIARRITZ

SareBiar.jpg En entrant dans cette ville, notre regard se porte sur un phare qui domine la mer (73 mètres au dessus du niveau de la mer).
SareBiar2.jpg Au XIème siècle, Biarritz était un port de pêche à la baleine. puis, à partir de 1784, les bains de mer sont à la mode. Au milieu du XIXème siècle, Napoléon III fait construire un palais pour l'impératrice Eugénie, tombée amoureuse du site, Elle a transmis sa passion pour les bains.
Palais2.jpg L’empereur aménage le Rocher de la Vierge qui est relié à la terre par une passerelle.
SareBiar4.jpg
Quelques randonneurs profitent des joies de la baignade.
Visite du Musée du Chocolat qui nous plonge dans la forêt tropicale vénézuélienne pour mieux comprendre la culture du cacao. Vue sur les ateliers de fabrication, la collection de machines du siècle dernier, les anciennes publicités ... Nos papilles sont récompensées ... par une dégustation de chocolat chaud. Un vrai délice!

SareBiar5.jpg

CAMBO-LES-BAINS

Le microclimat a séduit des personnalités: l'impératrice Eugénie, Sarah Bernhardt, Edmond Rostand ...
Atteint d'une pleurésie, Edmond Rostand (auteur du roman Cyrano de Bergerac) se rend à la station thermale de Cambo-les-Bains. Charmé par le site, il élabore le projet et la construction de la villa Arnaga, "son poème de pierre et de verdure".
SareCambo.jpg Nous sommes extasiés par la riche décoration de cette villa. Un décor pensé en couleurs, en poèmes ...
Voici le détail de la frise ornant l'office:

"Vous prenez un melon, de Honfleur, pour le torse.
Pour les deux jambes, deux asperges, d'Argenteuil.
Pour la tête, un piment, de Bayonne. pour l’œil,
Une groseille, de Bar-le-Duc. pour la queue,
Un poireau, de Rouen, tordant sa gerbe bleue.
Pour l'oreille, o Soissons! un petit haricot.
Ça y est. C'est un coq !"
(extrait de Chanteclerc - Acte 1, scène 2)

SareCambo4.jpg Bien qu'inspiré des fermes du Labourd, la villa s'ouvre de tous côtés pour prendre le soleil et communiquer avec l'extérieur. Que voit-on? Un jardin à la française et un jardin à l'anglaise qui nous invitent à l'admiration et à la rêverie.

SareCambo2.jpg
SareCambo3.jpg

ESPELETTE

C'est une petite escapade pimentée. La spécialité locale est la culture du piment rouge. Venu du Mexique, il débarque avec Christophe Colomb en France.
En 1650, retrouvant le climat de ses origines, le piment prend racine autour d'Espelette. Séché traditionnellement, en cordes, sur les façades des maisons, le Piment d'Espelette est reconnu comme l'un des emblèmes du pays Basque.
SareEspel0.jpg
Une recette facile :

Moules à la crème
Ingrédients pour 6 personnes: 2 litres de moules de bouchot, 50g d'oignons, 50g d'échalotes, 6 gousses d'ail haché, 30g de chapelure, 1dl de crème épaisse, 1dl de vin blanc sec, 1 piment d'Espelette coupé en lanières, une pincée de piment d'Espelette en poudre, persil.
Préparation: Laver les moules, les mettre dans une grande casserole (deux fois le volume). Mettre tous les ingrédients sauf le piment en lanière et et la moitié du persil. Poser la casserole avec un couvercle sur le feu vif et porter à ébullition, éteindre le feu et laisser deux minutes. Servir dans un plat de service creux, parsemer avec le persil réservé et les lanières de piment d'Espelette.
Bon Appétit !
SareEspel.jpg

SAINT-JEAN-DE-LUZ

Suivons l'itinéraire proposé. Tout d'abord, le port de pêche.
La baie de St Jean de Luz est la mieux protégée de la côte basque.
Ceci a favorisé sa vocation de port de pêche et de base de corsaires. Les pêcheurs furent parmi les premiers à affronter les rigueurs de Terre-Neuve à la pêche à la morue. Ensuite, ils se reconvertiront dans la sardine et le thon. Mais, le déclin de cette activité fait disparaître les conserveries. Actuellement, ils pêchent sur le littoral l'anchois et le merlu.
Le port est bordé de maisons d'armateurs du XVIIème siècle et d'un monument remarquable, dans un style italien, la maison de l'Infante.
SareJean.jpg Reprenons notre marche en direction du cœur de la ville.
Sur la place Louis XIV, à côté de la mairie, nous apercevons une belle demeure,construite par un riche armateur. C'est là qu'en 1660, vécut Louis XIV. C'est une demeure privée et toujours habitée.
sareJean2.jpg L'église St Jean Baptiste possède un retable avec 20 statues de bois doré. Dans la nef est suspendu un navire sur lequel figure la mention: "A l'impératrice Eugénie".
C'est dans cette église que Louis XIV épousa l'Infante d'Espagne, Marie Thérèse d'Autriche, le 9 juin 1660.
SareJean2B.jpg Ensuite, c'est le bord de mer. Trois digues colossales: Socoa, Harta, Ste Barbe (XIXème siècle) existent pour protéger la baie de la violence de l'océan. Elles sont régulièrement entretenues.
Sarejean3.jpg En se baladant dans les rues commerçantes, certains (es) se sont laissés tenter par quelques gourmandises en passant devant la Maison Adam. Que de belles pyramides de macarons légers et moelleux "Grand siècle"!
(En effet, les premiers furent créés pour le mariage de Louis XIV).
SareJean4.jpg D'autres chaussent de véritables espadrilles basques
SareJean4B.jpg ou font un tour au marché aux Halles pour humer les odeurs de fromages, goûter le gâteau basque à la confiture de cerises...
SareJean5.jpg

Pendant ce séjour très agréable et enrichissant, nous avons pris le temps de partir sur les flancs de montagne, de respirer l'air marin.
SareVill.jpg Cette région typique marie parfaitement l'enracinement (côté terre) et l'évasion (côté mer).
N'oublions pas la devise de SARE

SareDevise.jpg
et la prière d'ESPELETTE

SarePriere.jpg

Groupe.jpg

Aperçu en images (cliquez pour agrandir)

 

Plus de photos > voir l'album correspondant
N'hésitez pas à le consulter. Dès qu'il est ouvert, cliquez en haut à gauche sur
" Diaporama ".